Un week-end et un automne à Cracovie

À la découverte de l’ancienne capitale Polonaise

Et voilà, première destination de cette rentrée : la Pologne et son ancienne capitale, Cracovie. À vous dire vrai, le choix de cette destination n’a pas été trop poussé et c’est vraiment le prix des billets qui a été un moteur pour découvrir la petite ville de Cracovie.

Et je vais commencer avec beaucoup de happiness puisque Cracovie a été une belle surprise. Je suis parti avec mon meilleur ami sans vraiment de conviction, ni d’attente particulière, et c’est souvent la meilleure des choses à faire puisque on ne peut être que surpris.

Surpris en premier temps par la Pologne, les infrastructures modernes et aussi la beauté des paysages aux couleurs automnales qu’on a survolé en arrivant. Je rentre de ce w-e avec plein de bonnes vibes, j’ai même envie de dire : et si le modèle Polonais était celui à suivre ? La ville est très propre, moderne mais à la fois conservatrice d’un style de vie loin des grandes métropoles, où l’on prend encore le temps d’attendre son tramway, de marcher, et savourer les choses un peu plus intensément qu’en France.

Craco-vit, bouge, grouille, il y a du monde tout le temps et c’est très surprenant. De 8h à 5h du matin les rues sont pleines, les gens sont heureux de vivre et malgré l’idée que l’on peut avoir sur les pays de l’Est, la Pologne semble tout à fait différente.

Scène de vie au crépuscule sur la place centrale Rynek Główny

Le centre dynamique de Cracovie n’est pas bien grand, la ville est à taille humaine et c’est justement là qu’est le contraste avec le nombre de gens que l’on peut croiser dans les rues et ses 750 000 habitants intramuros.

La vie semble plus douce sans métro d’ailleurs, place aux vélos, tramways dans tous les sens mais surtout de belles balades à pied. On s’y sent également vachement en sécurité que ce soit en pleine journée ou au beau milieu de la nuit en rentrant de soirée.

La ville qui vit tout autour de la place principale (Rynek Główny) est super verte. Toute la vieille ville est encerclée par un jardin périphérique (Parc Planty) qui sert de promenade et de poumon vert. Le Parc Planty est d’autant plus charismatique l’automne venu, tous les arbres sont orangés, jaunes et encore feuillus : un moment juste magique.

Le Parc Planty

Nous avons passé 3 jours à Cracovie : jeudi, vendredi et samedi avec un retour le dimanche matin. Nous avions décidé de nous rendre au mémorial du Camp de concentration de Auschwitz-Birkenau qui se trouve à 1H30 de la ville. C’est un choix qui n’a pas été facile à prendre. Entre l’envie d’en savoir plus et celle de mettre des images réelles sur tout ce qu’on a appris pendant ces années sur ce moment tragique de notre histoire, et l’envie de profiter entièrement de la ville avec ses musées, la Mine de sel ou l’Usine de Schindler. Je rentrerai plus bas dans les détails pour cette excursion ( voir le jour 02).

La Bazylica Mariacka et la place, depuis les arcades de la Halle aux Draps

Mes conseils en quelques points

View

• Monter en haut de la Basilique Sainte-Marie (Bazylica Mariacka) et admirer son magnifique intérieur

• Admirer les couleurs de l’automne de Filharmonia à la coline du Wawel

• Se rendre au surprenant Kopiec Kosciuszki

• Prendre un café autour de la place principale, à la tombée de la nuit

• Se rendre dans la cour du Collegium Maius

• Balader dans l’ancien quartier juif de Kazimierz à la découverte de street-art et petites boutiques

• Admirer la vue depuis le Wawel

• Visiter la Basilique « Corpus Christi » (Kosciól Bozego Ciala)

Sleep n’ Tips

Nous avons choisi le AirBnb de Krzysztof, très simple, mais vraiment un appart cool. À quelques pas de la place, pas très loin du petit Kazimierz et avec une vue sur le super bâtiment de la banque Polonaise, il était très clair et propre, d’autant plus que nous avons été super bien accueillis et informés tout au long du séjour. Les hôtes nous ont même réservé notre taxi pour le départ 😉

C’est rare mais ça arrive : nous avons choisi Easyjet qui proposait un aller/retour pour 60€. Vraiment intéressant tout en sachant que nous avions réservé 2 mois avant. Pour nos transferts aéroport/appart à Cracovie on a privilégié le taxi qui coûte environ 80 PLN (20€).

Le transport en ville, nous l’avons très peu utilisé, et avons favorisé la marche. Nous avons pris le tramway une fois, et c’était assez complexe puisque il n’y a aucune carte du réseau affichée.

Comme dit, nous avons passé trois jours à Cracovie. Il faut environ 1 journée et demi voire 2 pour visiter la ville. Si vous décidez de partir à Auschwitz en circuit organisé (ce qui est recommandé) il faudra dédier quasiment une journée entière à cette excursion. De plus, l’autre grande « attraction » de la ville est la Mine de Sel que nous avons pas eu le temps de faire mais qui prend une bonne demi-journée.

La petite église des Saints John et les traditionnels chevaux magnifiquement coiffés

Notre programme

Jour 01 : Arrivée à 13h + Visite de Cracovie (dont on a très peu profiter, je vous explique en détail plus bas)

Jour 02 : Auschwitz (Départ du bus à 6h20 retour à 13H30) + Coline et château du Wawel, Tour dans la ville

Jour 03 : Visite de Cracovie : Vieille ville + Kopiec Kosciuszki + Kazimierz

Jour 04 : Départ avec le vol de 10h

On a trouvé que c’était un peu short. À refaire je n’aurais pas visité Auschwitz et aurais consacré la journée à la découverte de la Mine de Sel et/ou de l’Usine Schindler 🙂

La grandeur de la Bazylica Mariacka au crépuscule

Food

Surprise ! Je m’attendais encore une fois pas à ça… Quand je dis « ça » c’est tous ces restaurants trop mignons, design, et surtout pas chers ! La ville regorge de plein de petits spots trop cool pour manger. Et, bizarrement la place principale qui, dans d’autres villes aurait été signe d’attrape touristes, ne l’est pas.

Je recommande :

 • La Grande Mamma : sur la Rynek Główny, restaurant italien à l’ambiance cocooning-chalet-hiver.

• Boccanera, à quelques mètres de la place : le plus charmant avec son sublime décor.

• Se laisser tenter en plein air sur la place Maly Rynek par une saucisse ou des brochettes de poulet avec en accompagnement des pommes de terres ou des champignons.

• Dîner chez Miodova dans le cœur du quartier juif, et surtout goûter leur beignet de pommes de terre.

Je vous propose maintenant de découvrir mon programme jour par jour 🙂

JOUR 01

Premiers pas dans la ville

Nous arrivons à Cracovie aux alentours de 14h. La liaison aéroport/centre-ville se fait rapidement en taxi. Nous découvrons notre appartement loué sur Airbnb, qui au final était beaucoup plus grand en vrai qu’en photo. Une résidence sécurisée, vue sur rue, avec tous les équipements nécessaires pour passer un bon séjour.

Le dilemme du jour était de prévoir notre visite du lendemain à Auschwitz. Nous voilà directement partis pour la Gare Centrale afin de se renseigner sur cette excursion ce qui fût une galère pas possible. La gare de Cracovie bat son plein en sous-sol ! Vous avez donc en extérieur uniquement les quais et les rails. Un peu de mal à capter le concept, on a mis environ 30 minutes pour trouver le « Tourist Information » qui nous a renseigné sur cette excursion :

Ce qu’il faut savoir pour aller à Auschwitz :

 • Durant la haute période (avril-octobre) le camp d’Auschwitz est accessible uniquement sur visite guidée de 10h à 15h. Ces guides doivent se réserver un moment à l’avance dans la langue de votre choix. Attention : il n’y a par exemple que 2 ou 3 sessions par jour en Français.

 • Pour des visites individuelles, les tickets sont limités et se récupèrent le jour même entre 7H30 et 10H00 ou après 15H00. L’entrée est gratuite.

 • Vous pouvez une fois à Cracovie trouver une agence qui propose ce genre d’excursion.

 • Le camp se situe à environ 1H30 de Cracovie. Le bus est privilégié pour y aller.

 • Le camp d’Auschwitz est séparé de 3km de celui de Birkenau même s’ils sont considérés comme « un ». Une navette effectue la liaison entre les deux, sinon comptez environ 30mn à pied.

Ce que nous avons fait pour Auschwitz :

Pour un pack complet en tour organisé depuis Cracovie comptez environ 40 euros (bus + guide) prévoyez entre 5h à 8H pour l’excursion. On n’était pas trop intéressé de consacrer une journée complète à cette visite. On a donc pris l’option risquée de la visite individuelle : ce qui veut dire que nous avions donc réservé la veille le premier bus qui relie Cracovie à Auschwitz (3€ l’aller) afin d’arriver à temps pour récupérer nos tickets avant 10h. Le premier bus était à 6H20 en cette période, autant vous dire que le réveil allait faire mal.

Une fois tout ça réservé, nous partons tout excité mais déjà épuisé à la découverte de la ville. Le soleil a été capricieux ce jour-là, et la nuit tombe très rapidement. On découvre alors la grande place pour la première fois à la tombée de la nuit. C’est un peu féérique : calèches et chevaux sur leur 31, cheminées d’appoint sur toutes le terrasses qui entourent la place, le tout dominé par l’imposante Bazylica Mariacka et le beffroi.

Nous prenons le temps d’immortaliser ce moment, de s’imprégner de la ville et bien-sûr passage obligé par le Hard Rock Café pour mon petit pins souvenir… (ma collection inavouable). Puis l’heure est venue de manger ! Nous nous atablons chez La Grande Mama qui fait face au Beffroi et découvrons un cadre authentique et chaleureux en même temps que des prix très abordables : deux bruschettas, une pizza, un plat de lasagne, deux desserts et deux Spritz pour environ 25 €.

La Place Rynek Główny la nuit venue

Nous tentons un saut dans la nuit gay-friendly Cracovienne en passant par le Lindo Bar, dans la vieille ville. Agréablement surpris, un bar tout neuf, propre, avec certes quasi personne pour un jeudi soir, mais nous permettant de discuter un peu avec les locaux sur la visite de la ville et d’Auschwitz.

 JOUR 02

Auschwitz

Il est 4H30 et nous nous réveillons pour prendre la direction de Auschwitz. Notre bus, le premier de la journée, nous attend à 6H20 à la Gare Routière de Cracovie.

Nous avons 1h30 environ pour rejoindre Oświęcim (Auschwitz). L’arrivée si tôt nous fait traverser des zones de brouillard où la tension est un peu palpable avec la crainte de voir certaines choses…

Nous arrivons à temps pour récupérer nos tickets gratuits. Si jamais ça vous intéresse, ne faites pas la queue qui est consacrée à la fouille et à l’entrée du musée mais rendez-vous directement dans le petit préfabriqué blanc à droite de la cafeteria pour récupérer les tickets.

Après avoir passé la fouille, nous entrons dans le Camp d’Auschwitz. C’est déroutant : je m’attendais à un lieu où le respect était de rigueur, mais les gens ont la photo facile…

Les groupes de retraités Italiens et de jeunes collégiens, sont pour moi venus complétement entraver la mémoire et l’horreur de ce lieu. J’ai vraiment eu du mal à imaginer la terreur qui régnait ici, la souffrance qui a été vécue. On s’est posé la question de savoir si justement un guide nous aurait permis d’être plus ancré dans ces lieux. Les livres d’histoire, les films et documentaires lus et vus durant toute ma scolarité ont été pour moi beaucoup plus marquants que cette expérience.

Après la visite du camp d’Auschwitz nous décidons de partir pour celui de Birkenau, qui se situe à 3km (30 minutes) à pied. La navette gratuite qui relie les deux camps ne sera pas là avant 30mn, nous décidons donc d’y aller à pied et découvrir les routes polonaises.

La gate du camp de Birkenau

Nous commençons à apercevoir l’entrée du camp : cette image vue tant de fois depuis notre enfance. Ca reste impressionnant : voir le chemin de fer qui tire droit sa route à travers cette Porte du Camp et se poser la question de pourquoi on en est arrivé là.

Ici, l’espace est plus grand, immense. Il reste peu de bâtiments, et dans les derniers restants ils ont reconstitués des lits et autre mobilier. Nous longeons la voie ferrée pour arriver jusqu’aux chambres à gaz. Elles ont complètement été dynamitées et ce ne sont que des débris qui nous laissent imaginer l’ampleur de l’horreur.

Nous devons retourner à Auschwitz pour récupérer le bus qui rentre à Cracovie. Il est 10H50 et notre visite se termine. Nous ratons le bus de 11H0 et devrons attendre jusqu’à 12H15. Un peu chiant sachant qu’il n’y a rien à faire autour.

Retour à Cracovie

À notre retour à Cracovie et après une bonne sieste dans le bus, nous partons directement autour de la place principale pour découvrir enfin sous le soleil tous ces magnifiques bâtiments.

Les vendeurs de couronnes de fleurs sur la Rynek Główny

Je suis pas fan des places aussi grandes d’habitude, je trouve ça toujours un peu trop vide, mais ici à Cracovie tout plein de monuments y sont regroupés : le beffroi, la Basilique, une fontaine, l’Église St Adalbert au dôme tout vert des vendeurs de couronnes de fleurs, les calèches, les bars, mais aussi les arcades de la magnifique Halle aux Draps (Sukiennice) qui se tient au milieu du Rynek Główny.

La fameuse ancienne Halle aux Draps (Sukiennice)

Nous nous rendons au Collegium Maius qui est le plus ancien bâtiment de l’Université de Cracovie. Et quel bâtiment ! Une magnifique cour intérieure faite de briques et d’arcades. On s’y sent comme dans une scène de Harry Potter, et par chance, nous assistons au chant de l’horloge animée et ses figurines qui sortent du mur au dessus de la fameuse Porte Aurea.

En sortant sur la droite du Collegium, entrez dans l’autre partie du bâtiment pour admirer un sublime espace vert au cœur de la ville. Les lumières en automne sont sublimes, et en continuant vous passerez par la rue Golebia et continuerez à admirer les briques de l’université.

En route vers la Citadelle / Wawel

Nous nous retrouvons sur le parc périphérique du Planty et poursuivons notre route vers Wavel : son château, sa colline (sans yeux). La traversée du Parc à cette heure ci de la journée, quand le soleil commence à devenir orangé, est un de mes meilleurs souvenirs.

La montée de la Citadelle

On commence à apercevoir les tours de la citadelle entre les arbres aux multiples couleurs d’automne en marchant dans les feuilles déjà tombé.

Qu’est-ce que le Wawel ?

Wawel est une colline au bord de la Vistule, entre la vieille ville et l’ancien quartier juif de Kazimierz. Une petite Citadelle dans laquelle on retrouve le Château Royal du Wawel, la Cathédrale du Wawel (Saints Stanislas et Venceslas) ainsi qu’une Chapelle au dôme doré. Le tout encerclé par des remparts, ce qui offre une super vue sur la ville et le fleuve.

La découverte de la citadelle est une jolie surprise. Cette concentration de bâtiment tout aussi beau les uns que les autres est parfaite. À l’intérieur de la Cathédrale on y trouve les tombeaux des grands hommes et femmes qui ont marqué la Pologne. En sortant, rendez-vous dans la cour du Château.

Vous vous y sentirez tout petit ! Faites demi-tour pour retourner sur l’esplanade afin d’admirer le magnifique dôme doré de la petite chapelle et des autres qui l’entourent. Rendez-vous au bord des remparts afin se laisser guider par la lumière du soleil d’automne reflétant sur les couleurs du lierre grimpant sur les façades.

On reprend notre chemin en direction des rues de la vieille ville sous le bruit des chevaux tirant les calèches, et nous remontons la rue Grodzka avec ses petites églises et boutiques. Elle nous ramène vers la place centrale et nous prenons alors le temps de se poser sous un plaid devant une cheminée d’appoint, dans un des bars/restaurants qui entourent la place.

La Rue Grodzka

La nuit à Cracovie

Ce soir nous prenons un peu tard  la direction de Kazimierz pour la première fois et avons décidé de dîner chez Miodova. Un restaurant au cœur du quartier juif. Un peu déçu car il n’y avait pas de cocktails alors ils nous ont préparé une limonade maison ananas/mangue avec une vodka à l’abricot. Plutôt pas mal. Quant aux plats, nous avons eu droit à un burger revisité accompagné de « frites » qui, au final, étaient des beignets de pommes de terre. Il faut savoir que c’est un de mes plats préférés, et mis à part chez ma grand-mère (ou en Haute-Savoie) j’en mange rarement. J’étais donc comme un petit fou ^^ !

Après avoir fait la fermeture du resto et un verre au LaF, bar gay-friendly caché, notre nuit se poursuit au Cocon Club. Comment dire ? C’était drôle, très drôle, à la fois kitsch, inattendu, loin des soirées gay parisiennes, mais où on s’est bien marré, où les gens étaient sympas et c’est au final tout ce qu’on voulait. L’entrée était gratuite et les consommations plus qu’abordables > 19 PLN (4/5€) pour une vodka red-bull que vous payez entre 12€ et 15€ à Paris lol…

Rentrés à 5H du matin et surpris une nouvelle fois par Cracovie. Tout était ouvert à notre sortie de boite : les supermarchés, les McDo, les tramways en circulation et toujours énormément de monde partout, le tout dans une bonne ambiance.

JOUR 03

Kazimierz, l’ancien quartier juif et ville indépendante

Les murs de Kazimierz témoins de l’histoire du peuple juif de Cracovie

Réveil plus que difficile… mais nous sommes motivés pour cette dernière journée ! Direction Kazimierz today ! La sortie de la veille nous a déjà permis de voir de nuit certaines parties du quartier. De bons beignets bien gras de chez Lajkonik et nous voilà un peu plus en forme.

Qu’est-ce que Kazimierz ?

C’était une ville tout à fait indépendante, qui désormais est rattachée en tant que quartier de Cracovie. Cette partie de la ville était habitée par la plupart de la communauté juive de Cracovie. Désormais c’est un lieu de mémoire, où Synagogues, Églises côtoient de petites boutiques d’artistes, concept stores, cafés et restaurants mais aussi quelques clubs. Cette partie de la ville est plus « underground » (mais légèrement) que la vieille ville 😉

On a apprécié à Kazimierz se balader sur Jozefa, sans doute la rue la plus sympa du quartier, où nous avons découvert le Marka Concept Store qui met en avant, à travers des créations souvent Polonaises, un tas de petits objets sympas : carnets, affiches sérigraphiées et des produits dérivés de l’emblème local (le Obwarzanek qui une sorte de pain donuts dont les Cracoviens en raffolent). Ce Obwarzanek est décliné sous forme graphique sur des petits bracelets, coussins, pendentifs, carnets, porte-clés…

Le Marka Concept Store

En soit nous n’avons pas été super charmés par le quartier, mais ce fût très intéressant. Ce qui nous permet ensuite de rattraper la promenade qui part du Sud de Kazimierz et qui remonte jusqu’au Wawel. Très agréable de longer le fleuve : c’est d’un entretien et d’une propreté exemplaire !

Bric à brac du tramway

On a voulu prendre le tramway pour nous rendre dans la rue Karmelicka. Quel moment ! Déjà, il n’y a nulle pas de carte qui montre un plan du réseau. Nous avons demandé à une jeune fille quelle ligne on devait prendre, et après vérification nous montons dans le tramway censé nous mener à destination. Sauf que nous n’y arriverons jamais, et c’est en banlieue de Cracovie que nous nous rendons compte qu’il y a un problème. Nous avons demandé chemin à un couple qui nous a ramené jusqu’au centre où nous avons finalement fini à pied… À la louche nous avons perdu 1H pour seulement 1,5km…

La promenade au bord de la Vistule

Notre détour vers cette rue Karmelicka qui nous avait semblé super cool en passant en bus sera plus court que prévu et nous prenons donc un taxi en direction du Kopiec Kosciuszki ou le Kościuszko Mound.

Kezako le Kopiec Kosciuszki ?

(Tertre de Kościuszko)

C’est un mémorial à environ 3km du centre, en hommage à Tadeusz Kościuszko un combattant. Cette petite colline de verdure entourée d’une fortification de brique qui offre un panorama sur la ville. Une chapelle se dresse comme entrée de la petite butte. De son sommet on peut voir à 360° tous les environs de la ville.

Le magnifique Kopiec Kosciuszki

C’est vraiment un monument fabuleux, atypique, comme je n’en avais jamais vu. Un de mes petits coups de cœur. 🙂 Nous prenons pour repartir un bus qui nous laissera quelques centaines de mètres plus bas au bout des lignes des tramways 1,2, et 6 à Salwator. Rapide et pas cher, nous rejoignons le centre très rapidement.

La fin de journée passera extrêmement vite, le temps de faire nos derniers achats et se poser sur le roof top de la Trattoria Degusti (Floriańska 28), tellement agréable ! Je vous conseille également de vous y arrêter diner: le cadre est vraiment top !

Nous rentrons à l’appartement pour se changer avant d’aller diner, et reconquérir le Cocon Club pour une soirée payante cette fois (2€).

Tout juste rentrés de boîte qu’il est déjà l’heure de repartir. C’est dimanche et nous prenons l’avion de 10H30.

Les bulles des artistes sur la Place Rynek Główny

En résumé j’ai aimé Cracovie pour :

• La joie de ses habitants même s’ils ne sont pas très avenants dans l’approche

 • Sa magie à l’automne, son mélange de couleur et ses bâtiments en briques

 • Ses bons et beaux restaurants

  Car on s’y sent tout simplement bien !!! La ville offre le temps de prendre le temps

 

Des bisous et rendez-vous dès la semaine pro’ pour de nouvelles aventures  😚

Cet article vous a plu, vous voulez en savoir plus sur un lieu, vous avez une modification à me suggérer ? N’hésitez pas à me faire part de vos retours, vos commentaires et à partager 😉
Retrouvez-moi également sur Instagram et ma page Facebook.